Dernières chroniques

Dernières chroniques publiées


mardi 17 juin 2014

Avant toi, Jojo Moyes


Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.



Mon avis :

Si j’ai lu ce roman, c’est parce qu’il m’a été conseillé lors du concours organisé l’année dernière. Je lis assez peu de romances, étant souvent gênée par les clichés du genre.
C’est bien avec des clichés que commence cette histoire : une jeune femme arrive dans une famille pour s’occuper du fils, elle est originale et lui a un caractère détestable. Ce qui change par rapport à d’autres romans, c’est le sujet qui donne toute sa beauté au récit : le handicap. Car Will, le fils, est tétraplégique et si Lou a été engagée, c’est parce qu’il a décidé de mettre fin à ses jours. Elle va tout tenter pour le dissuader mais elle n’a que six mois pour y parvenir.


Le sujet est délicat mais il est bien traité : on vit aux côtés de Lou et de Will presque au jour le jour et on comprend les difficultés vécus par une personne handicapée. Ce n’est pas seulement décrit, on le vit avec eux et on est touché. Touché par le regard des autres et les obstacles comme si on était nous-mêmes coincés dans un fauteuil. Les problèmes de santé sont abordés sans pour autant entrer dans les détails, ce qui permet de comprendre la volonté de Will de mourir sans nous perdre dans des descriptions.


La volonté de Will de mettre fin à ses jours est ce qui motive les personnages du roman. Je ne détaillerai pas toutes les idées de Lou pour lui donner envie de vivre mais j’ai trouvé qu’il y avait un certain équilibre entre ce que Will peut faire dans son état et la conscience de ce dont il est privé. C’est ce qui permet de comprendre son envie de mourir, qu’on approuve ou non. Mais Will n’est pas le seul à avoir des problèmes, c’est aussi le cas de Lou. Sa famille est … spéciale, et j’ai eu de la peine de la voir sans cesse dévalorisée. Elle ne le mérite pas et ce qu’on peut dire à la fin, c’est que Will l’a aidé autant qu’elle l’a aidé.
Ce que j’ai apprécié aussi, c’est que quelques chapitres sont consacrés à d’autres personnages : on voit ce qui se passe du point de vue des parents de Will, de l’infirmier et de la sœur de Lou. On les comprend alors beaucoup mieux, surtout les parents de Will.


C’est une histoire très touchante qui m’a fait verser quelques larmes, les personnages sont vraiment attachants. L’auteure a su mettre en avant les raisons de vivre et celles de mourir sans pour autant prendre parti (ça ne ressent pas chez les personnages dont les opinions varient, on va de ceux qui acceptent totalement à ceux qui sont farouchement opposés à un tel acte) et jusqu’au bout on doute de la décision finale de Will. C’est une émouvante façon de découvrir la vie des personnes handicapées physiques et un forum sur lequel s’inscrit Lou permet d’apprendre des choses et de confronter les points de vue.


C’est un roman dans lequel je me suis beaucoup impliquée, autant pour Lou que pour Will. Le seul élément qui ne m’a pas vraiment convaincu, c’est ce que Lou a vécu et qui est à l’origine de ses peurs mais tout le reste m’a beaucoup touchée.



1 commentaire:

  1. un livre qui a su verser ma petite larme et pourtant ils sont rares

    RépondreSupprimer