Dernières chroniques

Dernières chroniques publiées


vendredi 18 avril 2014

Je meurs d'amour pour toi, Isabelle Bourbon-Parme


Isabelle de Bourbon-Parme, petite-fille de Louis XV, épousa en 1760 le futur empereur joseph II. Cette jeune femme d'une intelligence exceptionnelle séduisit la cour de Vienne et tomba éperdument amoureuse de... sa belle-soeur, l'archiduchesse Marie-Christine. Ses lettres et billets, découverts par Élisabeth Badinter - qui les présente ici dans une passionnante introduction -, révèlent une personnalité hors du commun, douée d'un véritable talent d'écriture. Et l'on suit jour après jour les tourments de la passion de cette princesse pleine d'esprit qui mourra à vingt-deux ans...



Mon avis :

Marie-Christine de Habsbourg-Lorraine
C'est sur conseil de Coquelicote que je me suis lancée dans cette lecture. Aimant l'Histoire et les romans épistolaires, j'étais impatiente de commencer et je ne regrette pas car c'est un livre génial.


On commence par une biographie d'Isabelle qui est admirable. J'accroche rarement à ces textes qui sont souvent trop lourd en informations. Mais ici, il y a ce qu'il faut d'éléments pour nous en apprendre sur Isabelle sans nous noyer sous les détails. Cette préface fut un plaisir à lire.


C'est vraiment domage de ne pas avoir la correspondance en entier mais rien que les lettres d'Isavelle furent l'objet de moments savoureux. Je suis vite tombée sous le charme de cette femme, de son caractère, de sa vie (qui fut bien trop courte) et de sa plume. Les lettres qu'elle écrit sont révélatrices d'elle-même et de ses centres d'intérêts parfois surprenants (la santé semblait beaucoup les préoccuper à l'époque). Malgré certains termes, il n'y a rien de vulgaire, que ce soit dans le récit des problèmes intestinaux des uns et des autres ou dans les alusions aux plaisirs de la chair. Je n'ai pas les réponses de Marie Christine mais je pense qu'elle devait être moins enflammée que sa belle soeur. Mais à voir ses textes, je comprends pourquoi elle était aimée et pourquoi elle fut tant regrettée...


Le ton du dernier texte est différent : il est bien plus sérieux, bien plus profond. C'est là, à mon avis, qu'on voit toute l'intelligence d'Isabelle et toute l'étendue de son don d'observation. Il y a un fossé entre ce qu'elle montre d'elle et ce qu'elle pense réellement.

C'est une femme très intéressante, captivante même, qui mérite d'être connue et ce livre est parfait pour remplir cette fonction.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire