Dernières chroniques

Dernières chroniques publiées


vendredi 2 août 2013

La voleuse sans ombre, Emily Gee


Grâce à la magie qui coule dans ses veines, la jeune Melke sait se rendre invisible. Un don partagé par son frère Hantje et qui ferait d'eux des voleurs hors pair, s'ils n'avaient renoncé cet héritage et refusé de devenir de véritables " spectres " s'enrichissant grâce à des larcins faciles. Pourtant, un matin, Hantje a franchi l'interdit. Tandis qu'il dérobait les trésors des salamandres, cruelles créatures avides d'or et de pierreries, il s'est fait capturer. En échange de la liberté de son frère, Melke doit à son tour enfreindre sa promesse et voler pour le compte des salamandres un collier détenu par les descendants d'un famille autrefois fière et puissante. Mais ce faisant, elle déchaîne sur eu une horrible malédiction. Un insupportable dilemme commence alors pour Melke, tiraillée entre la vie de son frère et celle des gens qu'elle doit condamner pour le sauver...



Mon avis :

Quand j’ai commencé à lire ce livre, je m’attendais à une sorte de récit d’aventure concernant une voleuse ayant la particularité d’être un spectre (c’est-à-dire qu’elle peut devenir invisible). Je me suis très vite rendu compte de mon erreur car après les premières pages racontant une course poursuite, on entre dans le domaine de la romance. En effet, notre voleuse n’utilisera son pouvoir qu’à deux reprises et le reste du temps, sa nature ne sera qu’une des raisons de la haine que lui voue l’homme qu’elle a volé et chez qui elle va devoir vivre.


Cette haine va évoluer tout au long du récit, notamment en raison de l’intervention de la sœur du jeune homme qui est une jeune femme adorable et très gentille. Ces deux-là ainsi que la voleuse et son frère vont devoir partager un domicile mais aussi un but, récupérer ce qui a été volé puisque la voleuse l’a échangé contre son frère qui croupissait, et c’est le mot, chez les salamandres. Cet objet est lié à une malédiction et il est vital de le récupérer. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous spoiler mais j’avoue que la fin est très prévisible, du moins en ce qui concerne les relations entre les personnages.


L’auteure a intégré du surnaturel à cette romance avec les salamandres mais aussi un psaaron (créatures aimant coucher avec les humains et qu’ils soient d’accord ou non, l’expérience n’est jamais agréable). Mais ils ne servent finalement que les intérêts de l’histoire et ne sont pas vraiment intégrés à l’univers. On aurait pu sans problèmes les remplacer par un magicien sans scrupules ou un peuple de barbares. Et à part nos quatre héros, personne ne semble se préoccuper de ces créatures. A propos des personnages secondaires, ils n’ont pas de vrai rôle dans l’histoire, ils ne servent pas à grand-chose et si il se passe bien quelque chose au village, ça n’a aucune influence sur le reste de l’histoire. Déjà que les personnages principaux ne me laisseront pas un souvenir impérissable, c’est pire pour les autres.


J’ai quand même bien aimé les deux couples frère/soeur, même si leurs « problèmes psychologiques » m’ont paru bien exagérés pour le peu de temps que l’auteure consacre à leur résolution. Et finalement, celui que j’ai préféré, c’est le chien. C’est le seul qui a un comportement logique, sans lui il ne se passerait pas grand-chose et des secrets ne seraient pas dévoilés. Car en plus d’aider à l’arrestation d’un meurtrier (ne nous emballez pas, le meurtre ne présente aucun intérêt pour l’intrigue principale), il sert aussi d’entremetteur. Autrement dit, l’auteure se facilite grandement le travail avec un animal qui communique avec son maître par la pensée, sent le mensonge et le désir.


Je relève pas mal de défauts qui font que ce roman ne restera pas dans ma mémoire mais j’ai quand même apprécié cette lecture. L’auteure a une plume très agréable et a bien su gérer le rythme du récit. Je l’ai donc lu assez rapidement et non sans plaisir.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire